mardi 21 août 2007

Operation Overland


"La route sanglante du jardinier Blott" Tom Sharpe. Roman. Gallimard, 1986

Traduit de l'anglais par Laurence.



Le moins que l'on puisse dire, c'est que Lady Maud et Sir Giles forment un couple peu harmonieux. Leur union – bien loin d'un mariage d'amour – a été conclue pour des raisons purement pratiques : elle, descendante d'une longue lignée menacée par la banqueroute et dont les origines remontent à la fondation du Royaume d'Angleterre, a du conclure ce mariage afin de sauver le château familial ; lui, homme d'affaires fortuné, a pu, en s'alliant avec une représentante de la noblesse, obtenir un Siège au Parlement.
Mais après six ans de mariage, Lady Maud se désespère car leur union n'a toujours pas porté ses fruits. Dotée d'un physique peu avenant, son mari n'exerce pas son devoir conjugal. De plus, celui-ci semble plutôt attiré par des pratiques sexuelles sado-masochistes auxquelles son épouse se refuse sans équivoque. Sir Giles préfère de loin recourir à une maîtresse qu'il rejoint régulièrement quand il se rend à Londres et avec qui il peut assouvir ses fantasmes les plus délirants.
Lady Maud, la quarantaine dépassée, sans héritier, sera-t-elle la dernière de la lignée des Handyman ? C'est compter sans sa détermination. Elle met donc son mari devant un choix très simple : soit celui-ci lui fait un héritier, soit elle demande le divorce.
Ces deux éventualités n'étant pas pour séduire Sir Giles outre mesure, celui-ci décide alors, afin d'éviter d'avoir à donner de sa personne tout en conservant la fortune familiale, d'élaborer un stratagème diabolique qui lui permettra de faire d'une pierre deux coups.
Il suffit d'un coup de téléphone au responsable de la Direction Régionale de l'Equipement du Worfordshire et le tour est joué ! Une autoroute traversera le domaine et Sir Giles pourra encaisser les colossales indemnités compensatoires versées aux propriétaires contraints à l'expropriation.
Mais ce que Sir Giles ne sait pas, c'est qu'à partir de ce moment il met le doigt dans un engrenage fatal.
Lady Maud, farouchement déterminée à sauver son château, prend la tête du mouvement de riverains opposés à la construction de l'autoroute et se lance à corps perdu dans une lutte acharnée contre les autorités. Celles-ci ne trouveront en fin de compte rien de mieux que de nommer un médiateur en la personne d'un certain Dundridge, individu bien connu au sein des ministères pour sa propension à rendre catastrophiques les situations les plus anodines.
Très rapidement, Dundridge apprendra à ses dépens qu'il n'est dans toute cette affaire qu'un pion dont usent l'un et l'autre camp afin de parvenir à leurs fins.
Ne souhaitant pas être la dupe des uns et des autres, déterminé à accomplir la mission qui lui a été confiée, Dundridge va alors déclencher l'Opération Overland.
A partir de ce moment, tous les coups seront permis : chantage, dessous-de-table, empoisonnements, menaces, corruption et homicides. Bien retors et malin sera celui ou celle qui l'emportera sur les autres dans ce combat homérique et la pauvre Lady Maud devra s'armer de tout son courage et de toute sa volonté pour affronter les pouvoirs publics et sauvegarder son patrimoine.
Mais ce que personne ne soupçonne, c'est qu'elle possède un atout dans sa manche, une arme secrète, redoutable, absolue : le jardinier Blott !

Avec ce roman, Tom Sharpe nous entraîne dans une tourbillon d'aventures cocasses et délirantes, un jeu de massacre jubilatoire qui nous ferait prendre ce petit coin de province anglaise aux cottages coquets et aux pelouses soignées pour un endroit plus dangereux encore que la jungle la plus sauvage.
« La route sanglante du jardinier Blott » ravira toutes celles et tous ceux qui raffolent d' histoires décalées, de situations burlesques et de personnages saugrenus.
Avec Tom Sharpe, le légendaire humour britannique a de belles années devant lui.
Un remède radical contre la mélancolie.

6 commentaires:

moustafette a dit…

Carrément déjanté, j'avais bien rigolé !

Clarabel a dit…

Je ne connaissais pas, mais je demande à connaître ! :)
Cela a tout pour me plaire !

mariecesttout a dit…

Ah, je note!! J'adore ce genre d'histoires , il n'y a que les Anglais pour pouvoir en écrire d'aussi savoureuses. Je vais lire ça!!!

Gachucha a dit…

J'avais vu que tu le lisais et j'attendais ton article ! Comme Moustafette j'avais beaucoup ri, dans le politiquement incorrect Sharpe est un maître :-)))

Sophie a dit…

J'ai beaucoup entendu parler de Tom Sharpe mais ne l'ai jamais lu; il faut que je m'y mette, surtout quand je lis de telles critiques qui donnent envie.

florinette a dit…

Ton article donne envie de se payer une bonne tranche de rigolade ! ;-)