jeudi 23 août 2007


LE TEMPLE


Au pied du temple les eaux immobiles sourient.

Au flanc de la montagne le pavillon lointain s'afflige.

Au dessus du mur bleu un nuage au gré du vent s'effile.

A l'abri du soleil les érables touffus se pressent.

La veranda entoure une douce solitude.

Canards et hérons s'envolent dans le soir attristé.

Autour de ce gazon les dieux assemblés

Attendent que la nuit jusqu'à leurs fronts s'élève.


Thou Fou (Du Fu - 715-774)

8 commentaires:

Suny a dit…

il a pas l'air si fou que ça ce Tou Fou!

Ouais je sais elle est nulle...

joli en tout cas, poétique, ça donne matière à rêver et imaginer un peu ^^

Olivier a dit…

Merci de nous faire connaître ces mots qui, comme toujours dans l'art potique japonais, touchent à l'essentiel autant qu'à l'éphémère.

Leeloo a dit…

C'est magnifique en tout cas. Et ça fait rêver... Merci!

florinette a dit…

C'est très beau et de contempler cette photo repose l'esprit !

Pascal a dit…

Olivier : Bien qu'il soit difficile pour nous autres occidentaux de déceler l'origine de tel ou tel poème asiatique,je me dois de te préciser que le poète Thou-Fou n'était pas japonais mais chinois.
J'aurais dû faire en sorte de le signaler et je te prie de m'en excuser.
Je me suis donc rattrapé en établissant un lien qui renvoie directement à la biographie de ce grand poète chinois.

Lou a dit…

Très beau texte et superbe image... un peu de zen et de sérénité rien qu'en voyant ces quelques traits.

Olivier a dit…

C'est vrai que j'aurai du être plus attentif : le nom "Thou-Fou" n'a rien de nippon. Merci de tes précisions !

yueyin a dit…

quel magnifique poème, je te le vole tiens pour une occasion :-)