vendredi 9 mars 2007

Une grande claque aux idées reçues


"L'élégance du hérisson." Muriel Barbery. Roman. Gallimard, 2006



Après tout ce qui a été dit sur ce roman, je ne sais quoi ajouter. Que dire, si ce n'est que ce livre a fait l'unanimité parmi les lecteurs qui ne cessent, à juste titre, de l'encenser; si ce n'est que le roman de Muriel Barbery est un petit chef-d'oeuvre qui se déguste entre rires et larmes, un hymne à la culture et à la tolérance, une fable érudite, cocasse et pleine de tendresse, un conte de fées moderne, subtil et sensible.
Bref, je pourrais continuer longtemps comme cela à jouer de superlatifs pour dire à quel point ce livre m'a emballé, touché et ému.
Ce roman qui, à première vue, pourrait passer pour une goutte d'eau dans l'océan des sorties littéraires, renferme, à l'instar de Renée, le personnage principal, une richesse insoupçonnée, un petit bijou d'écriture qui, sans prétention aucune, nous donne ici une formidable leçon de vie.
Conte moderne ou roman philosophique, c'est selon, et chacun y verra ce qu'il voudra.
« L'élégance du hérisson » nous fait pénétrer dans l'intimité de deux personnages qui partagent la même adresse mais qu' à priori, tout sépare.
Tout d'abord, il y a Renée, concierge d'un immeuble cossu situé Rue de Grenelle, la cinquantaine et dotée d'un physique peu avenant. Sous des dehors disgrâcieux, cette femme vit en fait une double vie : pour les habitants, elle n'est qu'une sorte de souillon destinée à astiquer les rampes d'escalier et à sortir les poubelles. Mais en fait, une fois la porte de sa loge refermée, Renée s'avère être une brillante intellectuelle. Dotée d'une impressionnante culture générale, les domaines de la philosophie,de la littérature,de la peinture et de la musique sont sa bouffée d'oxygène, son jardin secret, sa bulle qu'elle préserve contre vents et marées et surtout contre le regard des autres.
Ensuite, il y a Paloma, douze ans, qui vit dans les étages supérieurs et dont le père est un ancien ministre. Paloma porte sur son entourage un regard empreint de lucidité et d'ironie. D'une intelligence peu commune, elle a décidé que, face à l'inanité du monde des adultes et afin de ne pas devenir comme eux, elle se suicidera le jour de ses treize ans. En attendant la date fatidique, elle rédige ses pensées et ses considérations sur le monde qui l'entoure.

Ces deux personnages que l'âge, l'éducation et la classe sociale séparent, finiront un jour par se rencontrer grâce au caractère génialement intuitif d'un nouveau venu dans l'immeuble, Mr. Ozu.
Mais je n'en dirai pas plus concernant le déroulement de cette histoire au cas où ces lignes tomberaient sous les yeux d'une personne qui n'a pas encore tenu dans ses mains cet admirable roman.
« L'élégance du hérisson » fait partie de ces romans qui à peine refermés, donnent envie de les réouvrir à la première page afin de s'y replonger pour saisir un détail qui nous aurait échappé, une phrase dont on aurait pas tout à fait apprécié la tournure et le sens.
Ecrit de main de maître et faisant preuve d'une parfaite maîtrise de la langue française, le roman de Muriel Barbery est, en plus d'une version moderne et philosophique du conte de Cendrillon, une satire brillante et acérée des classes supérieures et de leur rapport à la culture. Tordant le cou à nombre d'idées reçues, Muriel barbery nous démontre que, ne leur déplaise, la culture n'est ni l'apanage, ni le privilège des nantis, et que l'étroitesse d'esprit ne se trouve pas forcément là où ils penseraient qu'elle soit,c'est à dire au sein des classes laborieuses. Ce constat fait de ce roman une oeuvre jubilatoire, un jeu de massacre où l'on se gausse de ces bourgeois suffisants et prétentieux, ainsi que de leurs enfants qui, en dehors de leurs études universitaires, se conduisent dans la vie comme de parfaits crétins, formatés comme leurs parents à manier le mépris et la condescendance envers ceux qu'ils considèrent comme leurs inférieurs. Non, décidément, la culture n'est pas proportionnelle à l'importance du compte en banque.
Mais « L'élégance du hérisson » c'est aussi et surtout, un hommage à l'art et aux artistes, peintres, musiciens et auteurs qui, de par leur travail, contribuent à rendre la vie plus belle et à rendre plus supportables l'adversité et les injures de l'existence. C'est également l'occasion de souligner et d'apprécier ces moments de magie et d'harmonie qui parsèment chaque jour de nos existences : l'éclosion d'une fleur de camélia, le plaisir d'une tasse de thé, le ronronnement d'un chat que l'on caresse...
Poétique et sensuel, drôle et tragique, émouvant et jubilatoire, c'est tout cela « L'élégance du hérisson » ... et plus encore. Un roman magique qui, pour moi, restera un grand souvenir de lecture.
A propos de ce roman, lire aussi l'avis de Cuné, Lily, et Chaperlipopette

14 commentaires:

florinette a dit…

Ça été une de mes belles découvertes en 2006, c'est un livre à lire sans hésiter, je viens de le prêter et je sais déjà que ma tante se régale !

InColdBlog a dit…

On top of my list :o)

yueyin a dit…

Un de mes coup de coeur de ce début d'année : un vrai bijoux tout en finesse... Ravie que tu es aimé !

Gachucha a dit…

Comme tu dis, pas facile de faire une critique sur ce livre beaucoup lu et aimé (moi je ne tenterai pas...).
Tu t'en sors bien, jolie critique !

Moustafette a dit…

Paloma est craquante avec sa vision sans pitié des adultes, et Renée, tout un poème. On la retrouve brièvement dans le 1er livre de l'auteur, "une gourmandise".

nina a dit…

Tu vois ce livre il n'était pas dans mes priorités de lecture, mais comme j'aime beaucoup les combats contre les idées reçues je vais le lire très vite, et puis ce roman a l'air réellement plein d'intelligence de vie et les personnages originaux. Merci et à bientôt.

valdebaz a dit…

Même commentaire que chez chaperlipopette... il m'attend alors je garde les critiques pour après. Je crois que je ne serai pas déçue !

anjelica a dit…

Bon, il va falloir que je le réserve.
De toute façon, il est prévu dans mon challenge !

Pascal BOUALI a dit…

Anjelica et Valdebaz, vous ne serez pas déçues. Parole de Hérisson!

marie a dit…

Pour moi ce n'est pas tt à fait un "grand"livre mais il est à part, inoubliable. On peut l'offrir sans problème ..enfin ça est-ce un compliment pour lui ;)Beaucoup aimé le personnage du vieux japonais, en revanche la fin m'a semblée un peu en-deçà du reste.

marie a dit…

Tiens pourquoi une poubelle apparaît sous mon commentaire? Bon pour ma 1ère visite je ne me formalise pas...Je reviendrai et sans doute cette fois plutôt pour découvrir de nouvelles pistes de lectures: more exciting!

Aerial a dit…

Pour moi aussi ce livre a été mon gros coup de coeur de ce début d'année, un grand moment de bonheur qui m'a fait voir la vie autrement et dont j'ai relu avec beaucoup de plaisir ton commentaire.
Bravo pour ton analyse et ravie de vous retrouver sur d'autres sphères Chaperlipopette et toi...
A bientôt! :)

rennette a dit…

Je ne l'ai pas encore lu mais en toute confiance ce sera fait avant fin août !!
à lire également "gourmandises" où l'écriture et le vocabulaire sont si beaux !!!

sylvie a dit…

un enthousiasme qui me parait étrange, mais qui est très partagé... Je ne fais pas partie de ceux qui ont été tellement touchés par ce titre..
Mon impression est plus mitigée.