lundi 5 février 2007

L'évangile selon Waltari

LE SECRET DU ROYAUME.
Mika WALTARI. Roman. Editions Olivier Orban, 1983.
Traduit du finnois par Monique Baile et Jean-Pierre Carasso.


Ce long roman (1153 pages) de Mika Waltari nous entraîne dans l'Antiquité romaine et plus précisément au tout début de l'ère chrétienne.

Le premier volet: Myrina est composé de onze lettres composées par Marcus Mezentius Manilianus, chevalier romain, et adressées d'Alexandrie puis de Judée, à sa maîtresse, la noble Tullia, restée à Rome. Passionné d'astrologie et d'études philosophiques, c'est en fréquentant la grande bibliothèque d'Alexandrie que Marcus apprend qu'en Judée de grands bouleversements se préparent. Riche et momentanément désoeuvré, il décide de se rendre à Jerusalem afin de satisfaire sa curiosité. A son arrivée devant les remparts de cette ville, il est le témoin de la crucifixion de trois hommes dont l'un est un nazaréen décrit comme roi des juifs.

A partir de ce moment, Marcus ne cessera d'enquêter et de s'interroger sur la vie , la mort et la résurrection de cet homme proclamé "Fils de Dieu."Au cours de ses investigations, il fera la rencontre des principaux acteurs de l'Histoire Sainte dont, entre autres,Ponce Pilate, les apôtres Pierre, Jean et Thomas, ainsi que Marie de Magdala, Simon de Cyrène, Zachée, etc...

Mika Waltari décrit avec talent et minutie les premières heures du christianisme, les bouleversements que l'apparition de cette secte font naître au sein de la communauté hébraïque, les conflits inévitables qui opposent les tenants de l'orthodoxie mosaïque aux nouveaux fidèles du Christ ainsi que les tâtonnements de l'occupant romain, cherchant à épargner les susceptibilités des uns et des autres. Toutefois, le récit de ce premier volet du Secret du Royaume peut donner un impression d'austerité et de ce fait manquer de relief. On sent que Waltari, confronté au récit décrit en premier lieu dans les évangiles puis par la suite dans d'innombrables écrits, n'a pas pu laisser libre cours à la fantaisie du roman historique. Respectant autant que faire se peut la description officielle des évènements qui ont donné naissance au dogme chrétien, il nous livre un roman passionnant à bien des points de vue mais dont on devine les limites qu'il a su se poser afin de ne pas trahir la version officielle de la Passion du Christ, ses causes , son déroulement et ses conséquences.

Le deuxième volet: Minutus adopte quant à lui un ton beaucoup plus romanesque et trépidant. Le personnage central du roman est cette fois ci Minutus Lausus Manilianus, le fils de Marcus et de Myrina. L'action débute quinze ans après les évènements décrits dans le précédent roman. On y suit,sous la forme de mémoires, le destin de Minutus, de son adolescence turbulente à Antioche jusqu'à sa fin sous le règne de l'empereur Domitien. Des déserts d'Arménie aux sombres forêts de (Grande) Bretagne,de l'opulence des villas romaines au sable des arènes, de Rome à Jerusalem, Minutus, successivement tribun, espion à la solde de Sénèque, intendant des ménageries impériales, sénateur, époux de la fille de l'empereur Claude, ami de Néron et doté d'une fortune colossale, devra au cours de sa vie voir se dresser sans cesse sur son chemin les zélateurs du christianisme. Afin d'assurer l'avenir de son fils, il se verra contraint d'assumer de nombreux choix compromettants, quitte pour cela à trahir les êtres les plus chers à son coeur. Minutus est le portrait sans concessions d'un homme de son temps, pétri de doutes et de contradictions. Ce roman est aussi l'occasion de croiser le destin de nombreux personnages hauts en couleurs tels que Vespasien, l'Empereur Claude, Agrippine, l' apôtre Pierre, Paul de Tarse, Sénèque et bien évidemment l'empereur Néron dont Waltari nous dresse un portrait stupéfiant.

Le Secret du Royaume est une immense fresque où se côtoient l'Enfer et le Paradis, le raffinement et la barbarie, la sainteté et la perversion. Une fresque aux teintes d'or, de pourpre et de sang.

6 commentaires:

Soulabaille Annaïg a dit…

Bonsoir à toi cher beau-frère bibliomane! Je n'ai pas lu ces deux ouvrages de Waltari mais je tâcherai de remédier à ce manque; en revanche, j'ai "dévoré" cinq autres de ses titres: le dyptique jean Le Pérégrin et les amants de Bysance; Sinoué l'Egyptien (deux tomes);et l'Etrusque et enfin Danse parmi les tombes. J'ai découvert cet auteur finlandais par hasard, alors que je "fouinais" dans une librairie. Comme quoi on a raison de dire que le hasard fait (souvent) bien les choses... Depuis lors, régulièrement, à chaque fois que j'entre dans une librairie, je cherche cet auteur dans les rayons "littérature étrangère" et espère trouver d'autres titres... sans succès! Et pourtant, il en existe: pour preuve ce titre que tu viens de me faire découvrir (et dont tu m'avais parlé quelque peu lors des dernières vacances). Il est donc prévu que je parte à la découverte de cet ouvrage à moi inconnu et qui me ravira certainement (car c'est Mika Waltari)!!

Pascal BOUALI a dit…

Annaïg, je suis ravi d'avoir pu contribuer un tant soit peu à ta "Waltarimania",une maladie dont je suis moi aussi devenu la victime à la lecture de cet excellent roman.
A Bientôt.

yueyin a dit…

Ce roman m'apparait bien tentant à de multiples points de vue... je ferai peut être bien de me le garder pour ue période vacancière...à moins que j ne crasue avant... et si j'ai bien compris les autres livres de l'auteur valent eux-aussi le détour... il y a tant à lire !!!!

kalistina a dit…

J'ai lu ces deux romans il y a une douzaine d'années, je ne m'en souviens plus guère mais en ai retenu que Waltari valait vraiment le détour! J'avais emprunté ces deux bouquins à la médiathèque après avoir découvert "Sinouhé l'égyptien", que j'avais vraiment adoré. Quand mal PAL aura un peu baissé (j'entends fuser des rires sarcastiques...), je tâcherai de me procurer d'autres de ses romans.

Pascal BOUALI a dit…

Kalistina, c'est exactement ce que je me suis promis aussi, mais ma PAL ne cesse d'augmenter de jour en jour. Heureusement, elle contient trois romans de Waltari: le diptyque " Jean le pérégrin-Les amants de Byzance" et "L'escholier de Dieu".J'attends avec impatience le moment ou je débuterai leur lecture.

rennette a dit…

vraiment je suis émue aux larmes de trouver un autre amateur de Waltari et en bretagne en plus !!! -comme je le disais déjà hier - tu me rappelles pleins de beaux souvenirs de lecture !! je dois racheter ceux là absolument je n'ai que mon Sinouhé d'il y a 35/40 ans encore par devers moi et il y manque deux pages mais je le chéris particulièrement surtout d'être en un seul volume !!