mercredi 4 juin 2008

Menace sur le prix unique du Livre


Initiales, le groupement des libraires indépendants, nous informe d'un amendement au projet de loi sur la modernisation de l'économie qui pourrait remettre en cause l'accès de chacun d'entre-nous à la lecture.

En voici la teneur :


Le député agenais M. Dionis du Séjour (Nouveau Centre) s’attaque au prix unique du livre.



Aujourd’hui et depuis la loi sur le prix unique du livre de 1981, un livre est au même prix partout à concurrence de 5% et les soldes sont autorisées deux ans après la parution.


M.Dionis du Séjour a déposé un amendement au projet de loi sur la modernisation de l’économie visant à raccourcir de 2 ans à 1 ans, le délai après lequel il est autorisé de pratiquer des rabais supérieurs à 5% sur le prix du livre.


Contrairement aux apparences, les conséquences d’une telle modification de la loi sur le prix unique du livre seraient pénalisantes pour les consommateurs et les lecteurs. En effet, comme cela s’est vérifié à l’étranger – au Royaume-Uni en particulier, où le prix unique a été supprimé en 1995 – la dérégulation du marché du livre entraînerait au moins trois effets négatifs :


- Un appauvrissement de l’offre éditoriale (suprématie des best-sellers, disparition d’éditeurs et diminution des auteurs publiés) ;

- Un accès plus difficile de tous aux livres entraîné par la fermeture de librairies ;

- Une augmentation du prix moyen du livre préjudiciable au pouvoir d’achat des lecteurs (les éditeurs seraient contraints de compenser le manque de recettes lié aux soldes par une augmentation globale de leurs prix).


Des livres en moins grand nombre, moins accessibles et plus chers, le consommateur, contrairement aux idées reçues, serait le premier lésé.


Vous aussi réagissez en relayant cette information auprès de votre député et de votre sénateur.


Leur adresse ici et ici.


Pour de plus amples informations : Le site d' Initiales

6 commentaires:

Laurence a dit…

je viens à l'instant d'envoyer un mail au député de mon canton.

Anonyme a dit…

Je ne suis pas totalement convaincue du bien-fondé du raisonnement... J'aimerais bien savoir, tiens, si le livre est à prix fixe chez nos voisins, et si oui ce que cela induit.
marie..

Joelle a dit…

Je ne suis pas très convaincue par l'exemple pris en citant la GB ! On ne passe pas son temps à chercher des librairies car il y en a suffisamment (voire même plus qu'en France) et le choix de livres est impressionnant ! Quant aux prix, je ne les trouve pas plus élevés qu'en France et si on fait un rapport prix du livre/revenus, c'est même moins cher qu'ici !

Anonyme a dit…

je ne suis pas non plus convaincu par un tel raisonnement. d'autant plus qu'à l'heure où en france la rentrée littéraire voit apparaitre sur les rayons plus de 700 romans dont 680 tomberont dans l'oubli deux mois plus tard, ne serait-ce pas un mal pour un bien de moins publier en France, pour un rapport qualité/prix plus adéquat ??

Laurence a dit…

L'amendement a finalement été retiré dans la nuit de jeudi et vendredi dernier par le député qui l'avait déposé. :-)

Pascal a dit…

Réjouissons-nous de cette bonne nouvelle !!!