mardi 17 juin 2008

Ghost for sale







"Le Costume du Mort" Joe Hill. Roman. Editions Jean-Claude Lattès, 2008.



Traduit de l'américain par Valérie Rosier.



Justin Cowzynski, alias Judas Coyne, cinquante-quatre ans, est une star vieillissante de la scène Heavy Metal. Retiré dans sa ferme de l'état de New-York, il occupe son temps à composer de nouveaux titres pour un futur album et partage son habitation avec son agent Danny Wootten et sa petite amie du moment, Georgia.
Jude est un collectionneur. Il collectionne les groupies avec qui il vit quelques temps et qu'il baptise selon l'état dont elles sont originaires. Mais comme tout amateur de Hard-Rock, il est attiré par les objets morbides. Ainsi, sa collection recèle le crâne d'un paysan trépané au XVIème siècle pour en faire fuir les démons, des dessins réalisés par un serial-killer célèbre, la confession d'une sorcière du XVIIème siècle, un noeud coulant qui servit à pendre un homme en Angleterre au début du XXème siècle, un échiquier ayant appartenu à Aleister Crowley, ainsi qu'un Snuff-Movie mettant en scène l'assassinat d'un couple de jeunes gens.

Aussi, quand une annonce sur un site d'enchères du web lui propose de faire l'acquisition du dernier costume d'un homme mort, ainsi que du fantôme qui l'accompagne, Jude n'hésite pas une seconde. Un fantôme serait sans nul doute la pièce maîtresse de sa collection !
La transaction s'accomplit et quelques jours plus tard, enveloppé dans une boîte noire en forme de coeur, le costume du mort lui est livré.
Mais ce qui se présentait au départ comme une fantaisie peu crédible va très rapidement tourner au cauchemar. Le costume est effectivement accompagné d'un fantôme, celui d'un vieil homme adepte du spiritisme : Craddock James Mc Dermott.
Bien loin d'être un esprit inoffensif, le fantôme de Craddock semble n'avoir qu'un seul but : éliminer Jude et ses proches. Quels sont les motifs secrets qui poussent cet homme mort à désirer la mort de ses nouveaux hôtes. Il semblerait qu'il soit animé par un sentiment de vengeance et Jude aura toutes les peines du monde à comprendre pourquoi l'esprit de ce vieil homme souhaite le pousser, lui, Georgia et Danny, vers une mort atroce.

Qui se cache derrière Craddock James Mc Dermott ? Quelles sont les raisons de cette vengeance aveugle d'un fantôme déterminé à tuer par tous les moyens mis à sa disposition ?
Pour Jude et Georgia commence alors une longue fuite qui les mènera jusqu'en Floride et en Louisiane afin de comprendre les motivations du fantôme qui ne cesse de les talonner et de tenter de les assassiner.

Road-movie surnaturel et sanguinolent, bercé par les standards du Heavy-Metal, « Le costume du mort » est de ces thrillers américains qui se lisent d'une traite, sans temps mort. L'amateur de Stephen King que je suis salivait d'avance à la vue de ce roman dans l'idée de découvrir en celui-ci quelque chose de nouveau dans la littérature spécialisée dans les romans de terreur. Ayant refermé ce livre, j'ai eu l'impression d'avoir regardé un bon film de série B, où tout n'est pas à jeter mais où il manque quand même l'étincelle qui fait vibrer le lecteur et le transporte dans un univers inquiétant. Bien sûr, les références sont nombreuses, on pense immédiatement à « Shining » à « Ça » et à « Christine » de Stephen King, mais aussi à des films tels que « Duel » de Steven Spielberg ainsi qu'à « La Nuit du Chasseur » de Charles Laughton où le personnage inquiétant de Craddock évoque le révérend Harry Powell, magistralement interprété par Robert Mitchum.

Bref, c'est efficace, ça tient la route, mais je n'ai pas éprouvé le grand frisson auquel je m'attendais.
Peut-être est-ce du à mon manque d'empathie envers le personnage principal (je suis allergique au Heavy-Metal) ou plus simplement au fait que je crois avoir plus à craindre des vivants que des morts.
Mais tout ceci n'est que mon humble avis et « Le costume du mort » ravira, j'en suis sûr, toutes celles et tous ceux qui voudront s'offrir lors des prochaines vacances une bonne séance de lecture sur la plage.



1 commentaire:

Joelle a dit…

Je le note ! J'avais eu peur en voyant les références au Heavy metal qui n'est plus trop ma tasse de thé (mdr !) mais finalement, je pense que cela me plaira et c'est tout à fait le niveau dont j'ai besoin en ce moment : facile à lire et pas prise de tête ! Le soleil actuel a du me griller quelques neurones ... mdr !