jeudi 19 mars 2009


"Après le plaisir de posséder des livres, il n'y en a guère de plus doux que d'en parler."




Caricature de Charles Nodier (1780-1844) en bibliomane par Benjami et publiée dans le Charivari.

4 commentaires:

Dominique a dit…

une belle caricature et une phrase que j'apprécie beaucoup

Aifelle a dit…

L'ensemble est parfait et très juste.

Karl Chaboum a dit…

Boulimique de lecture, à vingt ans je suivais un cours de lecture rapide pour l'enseigner quelques annnées plus tard.

J'ai vu la capacité stupéfiante qu'a le cerveau de visualiser des pages (et non les savourer), jusqu'à 10.000 mots/minute, avec souvent une meilleure rétention qu'une lecture distraite et vagabonde. Les pages caressées du doigt,comme un paysage.

Aujourd'hui j'ai ralenti la course mais parfois pars au galop, par plaisir de COURIR au grand vent des mots.

Sébastien a dit…

Peut-être par-dessus tout le plaisir de lire des livres... Posséder n'est pas lire : et puis on ne possède pas un livre, il vous invite ou vous ignore.

Mais Nodier à raison, mieux vaut en parler que de tenir le livre à l'ombre de sa bibliothèque.