samedi 2 août 2008

Le-Saviez-Vous ? Les vieux ne sont pas "rentables"


Vous vous êtes peut-être rendus récemment chez votre médecin. Dans la salle d'attente, il est possible que, parmi les différents magazines exposés sur la table basse, vous soyez tombés sur un exemplaire du Point en date du 3 Juillet dernier. Votre attention aura peut-être été attirée par cet article de la rubrique "Société", intitulé "Très chers médicaments".

On y revient, bien évidemment, sur la santé publique, la jugeant comme toujours de plus en plus dispendieuse, discours que l'on nous martèle depuis de nombreuses années afin de préparer l'opinion publique au démantèlement progressif - et que l'on voudrait nous faire croire nécessaire - d'un système exemplaire basé sur la solidarité.

Bref, rien de nouveau sous le soleil, Le Point joue encore ici la carte d'un gouvernement fermement décidé à dépouiller les français de tous les acquis sociaux chèrement gagnés au siècle dernier, acquis sociaux qui faisaient de la société française une exception et un exemple pour toutes les nations.

Mais là où l'article devient intéressant, c'est lorsque Le Point nous gratifie d'un entretien avec Pierre Le Coz, agrégé de philosophie, docteur en sciences de la vie et de la santé et, surtout, vice-président du Comité consultatif national d'éthique. Voici donc le point de vue de cet éminent penseur. Si vous êtes retraîtés vous allez apprécier !


« Pendant longtemps, la France a considéré que la santé d'un individu n'avait pas de prix et que le médecin ne devait pas agir en comptable. Notre société était individualiste, c'est-à-dire qu'elle était au service de l'individu : ce dernier ne devait pas être sacrifié à l'intérêt collectif. On pouvait se payer le luxe d'opérer tout le monde, y compris quand ce n'était pas indispensable. Cette philosophie a prédominé jusque dans les années 80. Puis on a commencé à s'interroger sur les sommes englouties au nom de la santé de chacun. La position utilitariste, déjà en vigueur dans les pays anglo-saxons, a commencé à émerger chez nous, suscitant beaucoup de réticences de la part des médecins. Mais ils ont dû admettre que notre système allait "dans le mur", et qu'il fallait donner la priorité à l'intérêt de la collectivité.
L'individualisme a vécu. Nous assistons à la fin d'une période glorieuse de notre histoire. Avec le vieillissement de la population-que l'on n'a pas correctement anticipé-et la multiplication des pathologies associées à l'allongement de la vie, on s'inquiète des dépenses à venir. Nos ressources n'étant pas illimitées, il faut essayer de les répartir de façon plus rationnelle. Aujourd'hui, on est bien obligé d'admettre que, si la santé n'a pas de prix, elle a un coût. Et les médecins doivent désormais tenir compte du prix des médicaments dans leurs décisions. Notre vision va devenir "sacrificielle" : il vaut mieux correctement prendre en charge un père de famille de 40 ans, qui est rentable pour la société, qu'une personne de 80 ans qui n'a plus toute sa tête. C'est évidemment un constat tragique. Mais nous n'avons pas le choix. Reste à trouver le meilleur équilibre entre les intérêts de l'individu et l'intérêt collectif. »


Voilà un discours qui laisse rêveur de la part d'un docteur en sciences de la vie et de la santé mais surtout du N° 2 du Comité consultatif national d'éthique.

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais pour ma part je me faisais une autre idée de l'éthique. N'ai-je rien compris ? Suis-je trop naïf ? Ou bien est-ce monsieur Pierre Le Coz qui n'a pas saisi toutes les conséquences de son argumentation ?

Je ne peux que souhaiter à Monsieur Le Coz de vivre longtemps et en bonne santé et de ne pas avoir à s'occuper de parents âgés et devenus dépendants.
Je ne peux pas m'empêcher non plus de penser qu'il y a vraiment des coups de pied au cul qui se perdent !

ADDENDA (le 18/08/2008): S'il y a des coups de pied au cul qui se perdent, c'est encore une fois à cause des médias. Il semblerait que les journalistes du Point, à moins que ce ne soient les rédacteurs eux-mêmes, aient déformés les propos de Monsieur Pierre le Coz. L'intéressé a donc tenu à exercer son droit de réponse où il s'insurge contre "une déformation grotesque et choquante" de ses propos. ICI

7 commentaires:

Turquoise a dit…

1000 fois d'accord avec toi, Pascal !! Ce soi-disant penseur a encore beaucoup de travail à faire sur sa propre humanité !!

hélène camus a dit…

Bonjour,
je viens souvent visiter votre blog que Larkéo m'a fait découvrir ; j'interviens aujourd'hui parce que je me sens concernée. Mes parents ont respectivement 81 et 82 ans et sont "consommateurs" de médicaments, actes médicaux, etc... ce d'autant que mon père est atteint de sénilité ! Je souhaite quant à moi que Monsieur Le Coz se retrouve un jour dans la situation de mes parents et que ses enfants lui tiennent le discours que vous citez : " Papa, désolé, nous savons que tu ne comprends plus vraiment, mais nous allons devoir être sacrificiels".

larkeo a dit…

Ca ne laisse pas rêveur c'est à vomir.

Nanou a dit…

Tu as raison, ça fait froid dans le dos !
Je me demande si ce monsieur Le Coz est rentable, lui ?

La Nymphette a dit…

Rhhhha Ca m'énerve... As-tu lu le très beau roman de M WINCKLER sur ce que devrait être la médecine : "Les trois médecins"?

Pascal a dit…

La Nymphette : Je ne connais pas le roman de Winckler, alors je m'empresse de le noter. Merci.

JML a dit…

Les médecins nazis, pour justifier leur action dans les camps, considéraient qu'ils n'avaient plus comme patients des individus, mais le peuple allemand. Un peuple dont il fallait extraire les métastases ...

C'est ce qu'il se passe quand la médecine commence à perdre de vue qu'il faut s'occuper de chaque être humain. Ce n'est guère rassurant.