dimanche 23 mai 2010

Le 8ème Prix des Lecteurs du Télégramme # 6

"Le Passé est une terre étrangère" Gianrico Carofiglio. Roman. Editions Payot & Rivages 2009.
Traduit de l'italien par Odile Rousseau.

Giorgio est un jeune homme sans histoires qui poursuit des études de droit dans sa ville natale de Bari. Son avenir semble tout tracé jusqu’au jour où il rencontre, lors d’une soirée, un dénommé Francesco, à qui il vient en aide quand celui-ci est pris à partie par deux individus qui semblent lui en vouloir pour d’obscures raisons.


Francesco, pour lui exprimer sa reconnaissance, va se lier d’amitié avec lui et faire découvrir à Giorgio un monde que celui-ci ignorait jusqu’à ce qu’ait lieu cette rencontre. Ce monde, c’est celui du jeu. Francesco est un joueur de poker. Cette activité s’avère être son principal moyen d’existence en lui offrant la possibilité de gagner de coquettes sommes d’argent. Ces gains sont faciles à réaliser car Francesco est un tricheur.

Il va proposer à Giorgio, quand celui-ci aura découvert par quels moyens son ami engrange les succès au jeu, de faire équipe avec lui. A deux, ils pourront réaliser de plus grands bénéfices et pourront plus facilement écarter les soupçons de tricherie en déroutant leurs adversaires.

Giorgio, qui semble fasciné par l’aura de Francesco, son aisance à évoluer aussi bien dans le milieu de la bourgeoisie que dans celui des bas-fonds barésiens, va suivre les yeux fermés son partenaire et écumer les soirées privées et les salles de jeu clandestines.

Très rapidement, les deux comparses vont réaliser des gains impressionnants et former une équipe soudée et efficace. Giorgio va perdre pied face à cet argent facilement gagné, délaissant ses études pour s’adonner à cette nouvelle activité qui lui permet de s’offrir une belle voiture, de rencontrer de jolies femmes et de vivre dans l’oisiveté sans se préoccuper de l’avenir.

Fort de leur succès, Francesco va proposer à son ami un voyage en Espagne qui, Giorgio s’en apercevra trop tard, n’a pas pour unique but de faire du farniente sur les plages de Valence et de goûter les spécialités locales.

L’argent appelle l’argent, c’est bien connu, et Francesco ne recule devant rien pour étoffer ses gains. Cette fois-ci, il ne s’agira pas de plumer quelques adversaires au poker mais d’effectuer une transaction aux conséquences beaucoup plus répréhensibles.

C’est le récit d’une descente aux Enfers que nous livre Gianrico Carofiglio avec « Le Passé est une terre étrangère », un polar étouffant qui nous met en garde contre les tentations de l’argent facile et l’engrenage vicieux qui en découle. Il est aussi beaucoup question de manipulations dans cet ouvrage, non seulement celles effectuées par les joueurs de poker sur leurs adversaires mais aussi et surtout celles exercées par certains personnages sur d’autres, plus naïfs et plus enclins à se laisser entraîner dans des voies qu’ils n’auraient jamais choisies de leur propre chef. C’est ici le cas avec le couple Francesco/Giorgio. Pourtant, Giorgio n’est pas un ingénu ; intelligent, accomplissant de brillantes études, il devient pourtant, malgré l’impression ancrée en lui qu’il exerce pleinement son libre arbitre, une sorte de marionnette entre les mains de Francesco, un individu au charme trouble et doté d’une forte personnalité.

En ce qui concerne le récit en lui-même,on pourra être rebuté, comme je l’ai été au début, par les descriptions des parties de poker, jeu auquel je n’entends rien, et dont j’ai été incapable de comprendre quoi que ce soit aux stratagèmes mis en place par les joueurs.

On pourra cependant faire l’impasse sur la compréhension de ces détails réservés aux amateurs pour se focaliser sur la trame plus générale d’un récit qui nous happe et nous hameçonne jusqu’à la toute dernière page.








2 commentaires:

Kali a dit…

Un roman que j'ai lu l'été dernier en italien ; je pense que beaucoup de choses m'ont alors échappé, mais j'ai bien senti cette atmosphère assez pesante et cette lente descente aux enfers.

Les habitants de l'Avenue a dit…

moi qui voulait lire un roman de cet auteur....Tu me donnes très envie !