jeudi 22 janvier 2009

Somnium Quinti









"La découverte du ciel" Harry Mulisch. Roman. Gallimard, 1999.

Traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin et Philippe Noble.



La condition humaine, le destin des hommes et des femmes qui peuplent le monde, les conditions de leur existence, sont le fruit du hasard. Enfin, dans la majorité des cas...
Car, en ce qui concerne certaines personnes, il semblerait que leur sort soit le résultat, non pas d'une loterie qui attribuerait au hasard les conditions – heureuses ou défavorables de cette existence – mais plutôt le résultat d'un calcul divin destiné à pousser celles-ci à accomplir certaines missions d'une importance capitale.
C'est le cas de Max Delius et Onno Quist, deux hommes qui ne se connaissent pas et qu' apparemment tout sépare.
Onno Quist est l'un des fils d' une famille de la grande bourgeoisie de La Haye, un jeune homme rebelle et anticonformiste, passionné d'épigraphie et travaillant avec acharnement à déchiffrer les caractères du Disque de Phaistos.
Max Delius, quant à lui, est devenu orphelin très tôt. Sa mère, juive, a été déportée à Auschwitz suite à la dénonciation de son mari, fervent admirateur du régime hitlérien, et exécuté à la fin de la guerre pour collaboration. Max, malgré ce lourd héritage – fils d'une victime de la Shoah et d'un criminel de guerre – est devenu un astronome qui, lorsqu'il ne scrute pas l'univers, accumule les conquêtes féminines.
Une nuit de février 1967, les deux hommes vont se rencontrer. Max va prendre Onno en stop alors que celui-ci rentre chez lui à Amsterdam après une orageuse réunion familiale. Cette rencontre est-elle un simple hasard ? Il semblerait bien que non.
En effet, quelque part, les puissances divines se sont penchées sur cette rencontre, créant les circonstances propices à cet évènement en modelant l'Histoire elle-même, ayant même du, longtemps auparavant, déclencher la première guerre mondiale afin de rendre possible cette rencontre située quelques cinquante années plus tard.
Max et Onno vont très rapidement devenir inséparables, leurs caractères et leurs préoccupations différentes leur fournissant l'occasion de discussions passionnées. Mais pour les puissances invisibles qui d'en haut tirent les ficelles, Max et Onno ne sont que les instruments qui permettront de donner naissance à celui qui sera à même d'accomplir une mystérieuse mission.
Les deux amis vont alors faire la rencontre d'une jeune violoncelliste, Ada Brons, qu'ils vont accompagner lors d'un voyage à Cuba. Au retour de ce séjour, Ada va se retrouver enceinte. Qui, de Max ou d' Onno, est le véritable père de cet enfant à venir, cet enfant qui semble voué à accomplir une tâche extraordinaire ?
Pour le découvrir, il va falloir lire les 1140 pages de ce roman au cours desquelles nous suivrons les protagonistes de cette histoire sur une période d'une vingtaine d'années, entre les Pays-Bas, Cuba, Auschwitz, Venise, Florence, Rome et Jerusalem.
Roman foisonnant, touffu, d'une rare érudition, mais sans être pesante, « La découverte du ciel » est un ouvrage qui nous parle du poids de l'Histoire et de l'hérédité, de la quête de soi et des autres, mais aussi de politique, de philosophie, de science et de religion. Vaste fourre-tout, ce livre se dévore tout à la fois comme une étude de moeurs, un roman d'aventures, une saga familiale, un conte philosophique et une quête mystérieuse à faire pâlir Dan Brown et son Da Vinci Code .
Harry Mulisch mêle en effet dans ce livre de nombreux genres littéraires et nous livre un roman-monstre et bigarré, aux frontières de la réalité et du fantastique, un récit au charme étrange, parfois tragique, souvent comique, érudit sans être pédant et animé par des personnages dont les faiblesses ne peuvent que susciter l'empathie du lecteur.


"L'Arche aux gradins"- Gravure de Piranèse




4 commentaires:

Cuné a dit…

Je suis bien d'accord, c'est un Grand Roman !!

Dédale a dit…

Je suis en train de lire "L'attentat" de ce même auteur. Une découverte. Celui-ci me ente bien.

Dominique a dit…

Un très grand roman dont je garde un excellent souvenir, le voyage à cuba est un morceau d'anthologie
j'ai lu de Mulisch : une idylle noire un très bon roman aussi sur un sujet difficile (hitler)
c'est un grand écrivain

Nicolas a dit…

Magnifique roman qui gagnerait à être davantage connu. Il y a à peu près tout dedans: puissance narrative, personnages attachants, érudition, humour, et j'en passe. Un véritable régal.