mercredi 13 mai 2009

Le 2e Prix Landerneau...c'est reparti !!!



Certains des lecteurs de ce blog s'étonnent peut-être que, depuis quelques temps, les commentaires de lectures se font plus rares. La raison en est simple, je participe cette année à trois prix littéraires : le Prix des lecteurs du Livre de Poche, le Prix des lecteurs du Télégramme, et enfin la deuxième édition du Prix Landerneau, organisé par les libraires des Centres Culturels Leclerc.

Avec tous ces romans à lire (une quarantaine environ), il me reste peu de temps pour commenter en temps réel chaque ouvrage dont j'ai terminé la lecture. Conséquence : les chroniques en retard s'accumulent.

Mais le but de ce blog n'étant pas de faire de l'abattage, ni de briguer la première place dans un quelconque palmarès des bloggueurs les plus prolifiques, je me réserve le droit de continuer à mon propre rythme tout en gardant à l'esprit une priorité première : lire.

En effet, à mon avis, le plaisir de la lecture l'emporte haut la main sur la recherche de performances liées au nombre de commentaires écrits sur un blog. Je ne suis pas en cela un cheval de course, et je laisse à d'autres ce genre de trophées.

Cette petite mise au point étant faite, voici donc ci-dessous la sélection du 2e Prix Landerneau pour cette année 2009 :



  • "Un dieu un animal" de Jérôme Ferrari. Actes Sud.

  • "Les mains nues" de Simonetta Greggio. Stock.

  • "L'attente du soir" de Tatiana Arfel. José Corti.

  • "L'homme barbelé" de Béatrice Fontanel. Grasset.

  • "A l'angle du renard" de Fabienne Juhel. Editions du Rouergue.

  • "L'origine de la violence" de Fabrice Humbert. Le Passage.



PS : Un grand merci à Elodie Giraud

9 commentaires:

larkeo a dit…

Je vois que tu lis les déferlantes, moi ça fait déjà 1 an...mais je n'ai pas oublié et je vais avoir le plaisir de partager un petit dej' avec Claudie Gallay à St Malo lors des Etonnants. En 2007 j'avais fait partie du jury pour le prix du livre de poche et ça m'avait paru assez lourd, l'obligation de lire
des ouvrages pas toujours top ! Alors je te souhaite un énorme courage !

Pascal a dit…

Tiens, Chatperlipopette et moi allons aussi aux Etonnants. Pas de petit déj' avec Claudie Gallay pour nous mais ce sera peut-être l'occasion de te rencontrer ?

Michel a dit…

Merci Elodie, je me sens moins seul comme lecteur !

Elodie G a dit…

Michel n'est pas seul effectivement... ;-)

Et je serai également aux Etonnants, notamment (mais pas que...) pour "Livres en scène", un concept développé par les ECL. J'espère que nous pourrons nous y croiser !

Emmanuelle Caminade a dit…

Bonjour,
Je n'ai lu que le roman de J. Ferrari qui est très abouti.
C'est un court récit à la forme originale qui raconte l'histoire de deux jeunes héros sacrifiés sur l'autel des nouvelles divinités de notre monde moderne, l'entreprise et la guerre.
Dans un style limpide et fluide, il y mène une intéressante réflexion sur la dépersonnalisation, s'interrogeant sur la liberté et la responsabilité de l'homme, sur son besoin d'un Dieu.
C'est déjà, sans conteste, un auteur dont le talent n'a pas encore rencontré un large public qui mérite d'être récompensé.

Sibylline a dit…

Et cette année tu as le droit de vote?

Clément Renucci (pour le blog sur le Petit Nicolas) et François-Xavier Renucci (pour le blog sur la littérature corse). a dit…

Bonjour,
si vous appréciez "Un dieu un animal" de Jérôme Ferrari, je vous signale que plusieurs billets évoquent cet auteur sur le blog "Pour une littérature corse". (Cliquer sur "Jérôme Ferrari" dans les "Libellés").
A bientôt, peut-être.

François Renucci
Animateur du blog "Pour une littérature corse" http://pourunelitteraturecorse.blogspot.com

sylire a dit…

Trois prix en même temps, c'est effectivement beaucoup !
Bon courage :-)

Lou a dit…

Je ne suis pas en avance non plus avec le Prix Landerneau mais je crois que je n'aurais pas savouré mes lectures en m'imposant un rythme très soutenu, d'autant plus que j'ai envie de lire certains romans en ce moment et que je préfère alterner un peu. Je lirai avec plaisir tes billets en tout cas.