vendredi 17 octobre 2008

17 octobre : Journée Mondiale du refus de la misère, la France donne l'exemple !


Alors que la pauvreté ne cesse d'augmenter en France et partout dans le monde (avez-vous remarqué tous ces banquiers, tous ces traders, qui dorment dans nos rues ?), notre Président a décidé (avec l' immense compassion envers le genre humain qui le caractérise) de tout mettre en oeuvre pour éradiquer de notre beau pays le spectre de la misère.

On le dit "Bling-Bling", ami des riches et des puissants, que nenni ! Notre vaillant caudillo (dans un élan d'altruisme qui ferait pâlir de jalousie Mère Thérésa si elle était encore des nôtres) a donc donné l'exemple aux grands de ce monde en augmentant l'année dernière les salaires de ses "collaborateurs" (le terme est bien choisi) de 26,8%. Mieux encore, une annexe au projet de loi de finances prévoit pour 2009 une nouvelle gratification de 20% !

C'est donc une augmentation de salaire de près de 50% qu'auront acquis en moins de deux ans certains kollaborateurs de notre Guide Suprême (personnages dont on ne connaît ni le nombre, ni l'identité, ni s'ils sont fonctionnaires ou contractuels) et ceci en toute transparence ! Qui dit mieux ? Les dépenses du personnel de la Cour : 70 millions d'euro pour 1031 personnes (chiffre non vérifiable) représentent à elles seules le budget d'une ville de 100 à 150 000 habitants.


Mais tout ceci n'est qu'un grain de sable dans la machine présidentielle dont il est annoncé que les frais de fonctionnement devraient connaître l'an prochain une hausse de 11,4%.


Heureux peuple de France ! Tu ne peux que te réjouir face à cette mesure qui fera que, grâce à l'argent de tes cotisations, un millier de tes compatriotes n'aura pas, l'an prochain, à chercher sa nourriture dans les bennes à ordures de Super-U !

En France, on lutte efficacement contre la misère... Et comme "Charité bien ordonnée commence par soi-même"...


Photo: Raymond Depardon

2 commentaires:

Sébastien a dit…

Même si ton texte est très drôle (j'ai beaucoup ri de ton ironie) il dresse un bien triste et amer constat : notre république est devenu un vaste champ de bananes dans lequel les citoyens ne font que glisser quand les gérants mangent de délicieux et raffinés desserts à la banane.

La démagogie est proportionnelle à la profusion et à la richesse de ces desserts, et hélas ! le citoyen n'y voit peau de banane !

Delph a dit…

Je sourit à ton ironie et le ton de ton billet mais interieurement je pleure de rage, de tristesse, de decouragement. On regresse, on est de moins en moins en republique. Va-til falloir comme en 1789 utiliser la violence du desespoir pour faire bouger les choses ?